Le Détachement

MiguetLe Détachement

Beaucoup de maîtres prônent l’amour comme ce qui est de plus haut. Ainsi Saint Paul dans les épîtres dit : « Quelque tâche que j’entreprenne, si je n’ai pas l’amour je ne suis rien ». Toutefois maître Eckhart met le détachement encore « au-dessus » de l’amour.

Le détachement est une notion philosophique et religieuse, qui désigne une disposition ou un état idéal dans lequel l'individu ne serait pas affecté par les situations de l'existence quotidienne.

Selon certains philosophes, c'est le détachement qui fournit une liberté à l'esprit et permettrait d'accéder au « vrai », ou comme disait Plotin, à la « vie spirituelle » que l'attachement aux choses sensibles nous empêcherait de vivre.

Le vrai détachement signifie, que l’esprit se tient inébranlable et serein dans tout ce qu’il lui arrive, que ce soit agréable ou douloureux, que ce soit un honneur ou une honte , ceci est semblable à une montagne face à une tempête.

L’Origine, « Le Divin » est par sa Nature Détaché de tout, détaché de toutes formes visibles ou invisibles voire de toutes formes pensées, et selon la compréhension humaine c’est le « vide » le néant !

De ce détachement impassible découle la pureté, la simplicité, l’immutabilité, le silence, et la paix.

L’homme crée à l’image de Dieu lui est donc semblable mais avec les formes, donc de ce fait ne peut pas parvenir à son Image Divin. Ce  n’est que par la grâce du détachement que l'homme peut s'élever au-dessus du temporel au-dessus des formes. C’est pour cette cause que l’homme ne peut pas aller vers Dieu mais c’est Dieu qui vient vers l’homme. Par contre ce que nous pouvons et devons faire c’est aimer Dieu. Aimer Dieu c’est « obliger » Dieu à venir à nous, et non pas à aller vers Dieu. Dieu peut entrer en nous d’une façon plus intime et s’unir à nous, que nous, à nous unir à Lui.

Tout efforts venant du « non-détachés » résultent à des actions vaines dans le domaine spirituel. La vrai spiritualité se résume au détachement total pour s’unir au Divin.

Nous pouvons méditer, penser et prier aux Anges, à la Sainte-Marie ou à Dieu, des journées entières vingt quatre heures par jour, ou bien faire des rituelles ou des cérémonials laïcs, religieux ou encore chamaniques, toutes ces pratiques n’ont rien à voir avec la spiritualité. Un Être spirituel ne s’identifie pas à la forme, il s’attache à l’espace à « ce vide » qui se trouve en lui par le détachement, ce détachement est l’Union avec l’Origine, avec Dieu.    

Quand il y a de l’espace en nous, il y a la libération, c’est la transcendance de notre mental. Nous pouvons aussi dire le détachement est la « transcendance du monde, ou la transcendance du temps », parce que l’espace en nous est une dimension intemporelle. C’est pour cela que Jésus disait quand il déclarait (Jean 16v33) : « J’ai vaincu le monde ». Autrement, cela n’aurait évidemment pas de sens. Qu’aurait-il vaincu ? Il n’était pas une personne puissante du monde. Il n’avait rien vaincu dans ce monde, pourtant Il encourageait ses disciples de vaincre le monde comme il le disait de Lui :  « J’ai vaincu le monde ».

Le chapitre 14 de St Jean le Christ disait quelque chose en ces mots : « Il est bon pour vous que je vous quitte, car si je ne vous quittais pas vous ne pourriez recevoir le Saint-Esprit ». C’est comme si le Christ disait : « vous avez jusqu'à présent tiré trop de vie au travers de ma présence visible, c’est pourquoi vous ne pouviez recevoir la vie parfaite du Saint-Esprit ».

Dépouillez-vous donc de tout ce qui est « image » et unissez-vous à l’essence sans image et sans forme. Car la consolation spirituelle de Dieu est douce c’est pourquoi elle ne veut s’offrir qu’à celui ou celle qui méprise la consolation perceptible par les sens.

Comme le disait Maître Eckhart « En vérité je le dis pour tous les gens qui réfléchissent : « Il n’en va de personne aussi bien que de celui, qui se tient dans le plus grand détachement ».

L'homme qui fait partie du monde sensible doit, par l'introspection, remonter de l'Âme à l'Intelligence, puis de l'Intelligence à son Unité et ainsi accomplir l’union mystique avec son Dieu par excellence.

Le détachement de son connu est la naissance de sa vie,  c’est pour cela que Dieu disait à Abram (Abraham) : « Va-t’en de ton pays, de ta patrie et de la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai » … l’inconnu - le non-formé dans son conscient, dans son inconscient et dans son intellect !

 

Louis de Batère