L'indivisible

psyche_thumb
La pensée isole une situation ou un évènement en la qualifiant de bonne ou de mauvaise, comme si elle avait une existence propre.

Quand on se fie trop à la pensée, le mental fragmente la réalité. Cette segmentation est la base même de l'illusion. La fragmentation est notre « Maison » même si dedans elle semble être bien réelle, quand on est pris dans le « dedans » de la pensée, on est prisonnier car nous ne voyons pas l'ensemble du dehors.

L'univers est un tout indivisible dans lequel tout est relié, dans lequel rien n'existe de façon isolée. La réalité est un tout unifiée, qui cependant est fragmenté par le mental. Cette fragmentation donne lieu à de fausses interprétations, ainsi les objets et les événements sont dissociés ou des actes sont la cause d'autres faits précédents.

Chaque pensée s'accompagne d'une perspective et chaque perspective, en raison de sa nature même, s'accompagne de limites. Seul le « TOUT » est vrai, mais le « TOUT » ne peut-être dit ou pensé.

Changer de Monde

Changer de monde ce n'est pas changer le monde, mais c'est changer de regard ! Nous changerons le monde en le regardant différemment, plus avec les yeux charnels qui ne considèrent extérieurement que la matière, l'objet ou l'individu, mais avec des yeux « internes » qui font vibrer les cellules dans des plans supérieurs de conscience ; plans plus vastes et plus actifs que ceux de la terre où à ce jour, le langage mental est mal adapté pour le dépeindre. En évidence, ces deux visions ne voient pas la même réalité.

Par sa nature, l'homme regarde par son entendement, par sa compréhension mêlée de ténèbres, de convoitises, d'ignorances, de jalousies et de colères, une folie prétentieuse qui se prend pour sagesse.

L'homme après avoir réalisé ce qu'il est, après s'être interrogé sur sa place dans le composé humain et dans l'univers présent, quand le souffle habité de l'Esprit (Pneuma) lui est insufflé par le « Lui – l'Origine », l'âme humaine accède enfin à la délivrance de son ignorance.

À l'origine selon le livre de la Genèse (II.v7) « L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ces narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. »

La psyché tournée vers le « nÕus » - le « nÕus » tourné vers le « Pneuma » - n'est plus dans la convoitise et l'ignorance, elle a retrouvé l'ordre harmonieux du composé humain. Il est intéressant de remarquer, chez Paul de Tarse, qu'il fait la même distinction entre l'homme psychique, qui est un mortel (un homicide) et l'homme spirituel – qui est un souffle vivant habité par l'Esprit (Pneuma), qui « sonde tout » jusqu'aux profondeurs de Dieu (la vision pénétrante) et qui à la différence de l'homme psychique, ne peut être compris ni jugé par personne.

L'âme réceptacle de l'esprit véhiculée dans le corps, doit être « activée » par le souffle de l'Esprit Saint qui est « l'Origine ». Nous pouvons également appeler cet Origine le « Fondement », une fois ce fondement insufflé au travers de l'âme, la Vie véritable, l'illusion de la matière cèdera sa place à la réalité. L'homme non encore accompli, fera alors l'expérience et réalisera ce dont parlait Paul dans l'épître aux Corinthiens (1 Cor II .v10-15) : « L'Esprit (Pneuma), en effet sonde tout jusqu'aux profondeurs de Dieu – qui donc entre les hommes sait ce qui concerne l'homme sinon l'Esprit (Pneuma) qui est en lui ? De même nul ne connaît ce qui concerne Dieu, sinon l' Esprit (Pneuma) de Dieu. »

L'âme remplie par l'Esprit Saint le « Pneuma », est tournée vers « Lui » le Fondement, l'Origine appelé Dieu, ce face à face avec le « Logos » le souffle échangé avec Lui, ne font plus qu'un seul souffle par le baiser (nasak) à l'image de Myriam de Magdala qui fut embrassée sur la bouche par le Christ.

Voici le symbole des fiançailles et du mariage : au moment des Fiançailles, deux amoureux échangent en premier lieu leurs souffles par un baiser sur la bouche, et quand ils se marient ce qui veut dire s'unissent (se donnent l'un à l'autre, consomment le mariage), ce souffle initial aboutira à une communion plus intime pour finalement, n'être plus un seul corps et donner une vie nouvelle, en créant tout simplement.