La Spiritualité

lettresdebatere

 

La Spiritualité

 

Lorsque l’on parle de spiritualité on invente un terme qui n’a rien à voir avec la réalité. On met d’un côté le monde dit profane ou matérialiste et de l’autre côté on invente un monde qu’on nomme spirituel !

 

C’est comme s’il y avait dans l’univers crée par Dieu deux mondes qui se font la guerre. Un monde d’où l’on vient et qui serait ignorant, fait de matières avec des limites, puis la mort et un monde où l’on va, que l’on appellerait le monde de Dieu où il n’y a qu’immortalité, plénitude régénération etc.

Si l’on veut concevoir exactement la spiritualité, il faudrait lui ôter sa racine matérielle et matérialiste. Il faut enlever ce qu’on appelle le monde profane. 

 

C’est une hérésie de se croire être un homme ou une femme de spiritualité si on pense qu’il y a un monde profane, un monde aveugle, un monde sourd et muet, un monde de matière.

Devenir spirituel ne vient pas du fait que l’on va s’intéresser à la spiritualité, que l’on va apprendre tous les mots sanscrits qui existent, connaître la Bible, le Coran suivre tous les séminaires, que l’on va prier Dieu, faire des méditations, du yoga ou je ne sais quoi d’autres !

 

Tout cela ne sont que des activités comme tant d’autres. Ce qui fait, qu’il y a des hommes qui sont enfoncés dans la spiritualité depuis des années et des années et qui ne sont pas pour autant spirituel. 

Après pratiquement 40 années de recherches spirituelles, personnellement, je pense avoir été dans un de ces groupes d’humains !

 

Et pourquoi ?

 

Tout simplement parce que toutes leurs attitudes et surtout leurs comportements moraux, mentaux, toutes leurs conceptions sont en fait exprimées dans un monde profane.

Même si l’homme essaye d’imaginer une image de Dieu, il le représente avec des lunettes du monde profane. 

C’est comme un homme sur un quai regardant glisser des bateaux qui glissent vers des lointains fantastiques et qui d’ailleurs en vérité n’en reviennent jamais ! 

 

Il s’imagine déjà acheter un ticket, puis il va au guichet comme tout le monde, il va à la messe, aux rituels, aux séminaires et autres, mais il ne construit jamais son bateau, il reste sur le quai pour voir les autres partir, mais lui jamais ! 

Alors pour se donner l’illusion du déplacement, du voyage, il trotte en parallèle sur la rive en pensant, qu’il arrivera au même endroit que les bateaux. Mais très vite, s’il est franc avec lui-même, il constatera, qu’il ne peut pas les suivre en fait il fait que marcher sur la rive !

 

Et pourquoi ceci ?

 

En fait c’est que le marcheur qui n’est d’autre qu’un suiveur encombré par le poids de ses conceptions mentales, elles le rendent stupide ou aveugle, ses abstractions le retiennent sur la rive. 

L’esprit de l’homme n’a aucun poids en lui-même, mais par contre, ce qui va lui donner du poids par la spiritualité, c’est ses conceptions, son entendement, ses jugements qu’il va avoir du monde qui vient de s’ouvrir à lui et du ciel qu’il va essayer de s’imaginer et d’acquerir.

 

Par ce fait, le disciple entame une pensée dualiste, il contemple le monde dans lequel il est, il l’analyse selon son intellect et par des poussées d’inspirations ou d’intuitions, il essaie d’imaginer un monde spirituel, un monde divin !!

Toutefois l’individu entretenant une pensée dualiste, trouvera l’univers de la spiritualité comme un grand mystère, un mystère si grand, qu’il est obligé de trouver un Maître, un suprême Initiateur qu’Il placera tout en haut dans l’espoir qu’Il libérera toutes les âmes.

 

Alors l’homme s’acheminera vers une dépendance vis-à-vis d’un système religieux ou philosophique dirigé par un Maître ou un Gourou où le disciple ne pourra plus bouger son petit doigt sans se poser la question : Est-ce que je fais l’effort correct, est-ce que je dois faire cet effort-là, ou celui-là, ou un tel autre ? Sa vie devient un véritable casse-tête et la spiritualité devient pour lui une sorte de prison. 

 

Tout cela EST FAUX car le Maître n’est rien d’autre que la SOURCE

 

La Source n’invente rien à aucun moment, Elle n’a jamais posé de piège sur chemin de la vie du disciple. Par contre dans la sphère intérieure du disciple, chaque émotion, chaque attitude morale, mentale, chaque débordement viendra s’inscrire comme une leçon à apprendre. Autrement dit l’homme est celui qui engendre ses propres épreuves, c’est lui qui plante le germe de l’épreuve.

 

Dans la sphère intime de chaque humain  existe la mémoire de la Source, mais hélas elle est souvent très asphyxiée. Ainsi par là, dans un premier temps la spiritualité se sert pour dénoncer les mauvais fruits, c’est de là, que découlent les grands livres d’interdictions, qui mettent les humains dans des états de révoltes, dans des états de dominés. 

La révolte est aujourd’hui engendrée, du fait que la société a dé-spiritualisé le conseil donné autrefois par les Eglises, par certains Frères ou certains Sages.

 

En ces jours notre planète change il suffit de voir les catastrophes en tous genres : éruptions de volcans, tremblements de terre, tsunamis, feux dévastant des régions entières, changement climatique et bien d’autres. 

Avec tout cela la société change aussi. Lorsque la vie change, on remet automatiquement en question les conseils qui ont été fabriqués et tenus debout. Tous ces avertissements, ces préceptes je les engloberais aujourd’hui dans un contexte de spiritualité, ils n’ont plus lieu d’exister !

 

Certes cela engendre de petits moments de flottement, d’égarement, où chacun ne sait plus ce qui doit être fait, en quel dieu se confier et de qu’elle manière, voire même plutôt devoir se confier aux scientifiques … ! C’est ce qui génère tous les égarements que nous connaissons aujourd’hui en occident.

Pourtant le 12 mai 2008 dans un message de l’archange Jophiel Celui-ci nous avait parlé d’une inversion (paru dans Autres-Dimensions).

Puis comment devrait-elle se manifester cette inversion ? 

 

L’archange JOPHIEL nous dit ceci :

 

« Cette inversion est la même que celle que vous vivez au moment de l'arrivée dans cette dimension de vie et au moment où vous mourez. C'est-à-dire comme une inversion à l'intérieur de vous où vous abandonnez un cadavre pour pénétrer dans un nouveau corps. Sauf que là ce ne sera pas, pour certains d'entre vous, les portes de la mort, mais les portes du corps de gloire ou du corps immortel.


Vous concevrez bientôt qu'il n'y a aucune certitude, sauf celle de l'amour et celle de la lumière. Avec cette certitude ancrée en vous, le reste deviendra plus que relatif, il encrera quelque chose de beaucoup plus profond. 

Ainsi vous allez pénétrer dans le cœur de votre être, au cœur de votre essence, au cœur de ce que vous êtes qui n'était pas complètement révélé jusqu'à présent. Il convient donc d'accepter cette grâce qui vient pour vous. 

 

Ne vous laissez pas déstabiliser par ceux qui voudront les traîner à plus de densité, pour plus de poids, pour plus de matérialité. Mais au lieu de cela, allégez-vous, acceptez alors de vous laisser emporter avec confiance et sérénité dans ce qui vous arrive. 

Il faut que vous soyez prêts, au moment de l'effusion finale de l'ouverture de votre cœur, pour tout quitter. Il faut abandonner toute velléité, toute tentative de vouloir fonctionner comme avant.


Toutes les réponses sont à l'intérieur de vous. Retournez votre regard à l'intérieur de votre corps. Comprenez les modifications, comprenez les changements dans les exigences, les changements dans les mécanismes intimes, comprenez les changements dans vos standards de relations. 

Éloignez-vous de ce qui les force à fonctionner selon les modes anciens et obsolètes. Approchez-vous de ceux qui les ouvrent, sans fausse pudeur, sans timidité. 

 

Allez où vous devez aller, là où votre cœur vous guide, là où vous sentez que c'est bon pour vous. Il n'y a plus de honte à vouloir se réunir. Qui est semblable se joint (les oiseaux de la même peine volent ensemble), disent certains de leurs Proverbes.


Il est temps maintenant de se joindre, il est temps maintenant de se retrouver, de se réunir afin de lutter, non contre quelque chose, mais de se battre pour l'émergence de ce que vous êtes. 

 

L'ancien, laissez-le mourir seul, ne lui faites pas attention, ne lui donnez pas conscience. A partir du moment où vous faites un pas vers cette nouvelle conscience (appelée aujourd’hui « Conscience-Nue »), les chemins s'ouvrent. Vous n'êtes pas seuls sur cette route. Certes vous êtes seuls avec vous-même, mais il est temps de vous retrouver, de vous réunir, de vous assembler pour travailler.


Pour faire naître en vous plus de confiance, plus d'ouverture, il faut se régénérer. Le seul lieu de régénération se trouve à l'intérieur de vous-mêmes, mais aussi à l'intérieur de ceux qui sont comme vous, de ceux qui ont accepté de faire un pas vers la confiance, de faire un pas vers la Lumière et de changer, de façon définitive et durable, le « Son mode opératoire ». Cela s'applique très vite.


Les phénomènes de synchronisation de l'unité, de fluidité, tels qu'ils ont été appelés, vont se renforcer, vont devenir de plus en plus cohérents, de plus en plus solides, pour permettre de faire face, de manière décisive, aux changements souhaités par leur terre et par leurs  plans spirituels.


C'est maintenant et pas demain. 

 

Ne laissez plus demain ce qui peut être fait consciemment, aujourd'hui. Il n'est plus temps d'être ambigu, il est temps d'avoir confiance. 

 

Chers amis incarnés, vous êtes au moment où votre destin fait une embardée. Ce lacet est celui de la Lumière et du retour à l'unité. Certes, le chemin est long, très long, mais désormais il sera beaucoup plus léger. Désormais, il ne sera plus fait selon le poids de la densité dual de la 3ème dimension, qui fonctionne aujourd’hui selon l'opposition du bien et du mal, mais uniquement dans la légèreté. 

 

C'est à vous de dire "oui". C'est à vous de faire ce premier pas. C'est à vous de vous ouvrir à cette lumière. Pendant ce temps, personne ne vous juge. 

Désormais chaque chose est à sa place. Rien ne peut être déformé ou signé d'une malédiction. Tout événement qui se produit sur la surface de la terre, comme à l'intérieur de son corps, ne reflète que l'afflux de la Lumière, l'afflux de la divinité qui arrive pour vous. 

 

Effectivement le résultat peut être heureux ou triste, mais cela dépend seulement de chacun d'entre vous, à titre individuel, comme aussi à titre collectif. 

 

Soyez heureux, car la légèreté va s'appréhender de l'être de vous, soyez heureux, car la vie est un coin permanent. Soyez heureux, car les liens qui les empêchaient de comprendre et de ressentir cela vont s'éteindre très bientôt. 

Vous pourrez essayer la vérité dans votre être, sans passer par les mots, sans passer par les images, sans passer par le discours de l'autre, mais en toute humilité, à l'intérieur de votre être. 

 

Face à d'autres situations, face à d'autres êtres, vous saurez si c'est vrai ou si c'est faux. Il n'y aura pas besoin de mots, il n'y aura pas besoin de discussions, il n'y aura pas besoin de faire semblant. Vous n'aurez qu'à écouter votre cœur. Cela va devenir de plus en plus rapide, de plus en plus facile d'écouter son cœur, car lui seul détient la vérité. » (Fin du message de l’archange Jophiel)

 

 

Compilation de plusieurs messages

Louis de Batère 

Montbolo 6 aout 2018