Le Notre-Père d'Aujourd'hui

spirituelle2Le Notre-Père d’Aujourd’hui

Jésus, il y a deux mille ans, a donné à ses disciples une prière que tous les chrétiens du monde entier récitent depuis, et qui est appelée le « Notre Père » ou encore prière dominicale.

Le Christ a mis dans cette prière (Evangile de Saint-Jean) une science très ancienne qui existait déjà avant lui, celle de résumer et de condenser en quelques paroles une grande profondeur.

A l’exemple d’une graine de chêne qu’on enfoui en terre, aussi petite soit-elle, elle contient en elle l’arbre entier, les racines, le feuillage, le tronc, cet arbre un jour grandira, résistera aux intempéries, donnera son ombre, son bois et son fruit pour le continuité.

Jésus a fait de même : Toute la science qu’il possédait il l’a résumé dans ce « Notre Père » avec l’espoir que les hommes qui le réciteraient et le méditeraient, planteraient cette graine dans leur âme, qu’ils l’arroseraient, la protégeraient, la cultiveraient, afin de découvrir cet arbre immense de la Science initiatique qu’il nous à laissé.

 Le livret de Omrram Mikhaël Aïvanhov intitulé « Le véritable enseignement du Christ » nous dévoile richement l’enseignement de cette prière. Ce petit livre est un vrai petit trésor.

 

Cette prière récitée par les catholiques, les protestants, les évangéliques, les orthodoxes, souvent du bout des lèvres ou par l’intellect,  n’est qu’une vaine redite. Parcontre, la prière du « Notre-Père » repose sur un enseignement bien plus profond. Sachant qu’elle fut professée par le Christ, Grand Maitre, Grand Initié, cette prière est identique à une graine de vie, elle contient tous les éléments de la création pour devenir l’arbre de la Vie sur cette Terre.

En ces jours, le Christ par ses lettres recueillis dans le livre « Le Christ Revient », nous recommande au travers de sa « Porte Parole » une nouvelle prière, elle est citée dans la lettre 8 et reproduite ci-dessous. Comme celle qui nous fut enseignée autrefois, chaque phrase de cette prière doit être lentement visualisé de sa signification, afin que chaque mot puisse rentrer en résonnance avec la conscience énergétique du mot au plus profond de nous-même.

La « Port Parole » du Christ nous fait une suggestion, avant de prier, nous devrions nous placer dans un endroit calme et confortable puis nous remplir de paix. 

Aucune position particulière n’est nécessaire. Pour ceux qui ne peuvent échapper à leurs activités quotidiennes, ou qui se trouvent dans des endroits fréquentés, essayons alors de nous mettre en contact avec notre espace intérieur, empli de paix, en nous connectant silencieusement avec la Conscience Divine, sans tenir compte des perturbations extérieures. Si nous sommes à plusieurs, et lorsque nous sommes prêts, lisons à voix haute, la prière de la méditation, en essayant d’en ressentir le sens profond avec le cœur.

Après la prière, restons dans un état de calme intérieur le plus longtemps possible et laissons notre esprit se vider autant que possible. Puis essayons de ressentir la connexion avec la Conscience Divine. A la fin de notre méditation, remercions avec joie et reconnaissance

Si des pensées font intrusion, récitons-nous doucement « Vie Divine » ou « Vie Père-Mère », puis tranquillisons à nouveau notre esprit. Après de nombreuses méditations sincères, il se peut que nous sentions notre corps se mettre tout-à-coup à sursauter, comme une personne s’apprêtant à s’endormir et qui se réveille subitement.

Si cela nous arrive, soyons reconnaissant, car notre conscience est en train de pénétrer les barrières de nos forces de conscience, prison que nous avions crées et qui encapsulaient notre âme. Ici je me réfère à la fin de mon livre « Le Pont de la Dualité à l’Unité » page 78, où il est écrit : « L’esprit humain témoigne de la présence de l’Esprit-Saint, l’âme, réceptacle de cette présence fera de sorte que la Matière humaine sera libérée de sa cage mentale et temporelle ».