La Grossesse Spirituelle

images-3 thumbLa Grossesse Spirituelle.

Si nous voulons accueillir les choses essentielles de notre vie intérieure, nous devons avant tout apprendre à créer le silence autour de nous, et surtout en nous. Pour échapper aux tapages quotidiens, nous devons nous efforcer de ne plus vivre à la surface des choses, ne plus nous exposer aux agitations et aux troubles qui s’y produisent, mais nous devons nous dégager des soucis, des préoccupations populacières et, surtout changer la nature de nos besoins. Une chose est essentielle, c’est de réaliser une paix avec soi-même, créer ce silence intérieur, en faisant taire les voix discordantes, les révoltes et toutes les discussions qui s’élèvent au dedans de nous.

Ce silence pour l’homme habitué à la méditation est une chose accessible, mais nous devons aller plus loin que l’état de se « mettre en retrait ». Dans l’état méditatif nous avons l'effet d’avoir dépassé les limitations matérielles actuelles et avons rejeté toute crainte d’incompréhension et nous nous sommes ouverts à de réelle possibilité. 

Dans notre fort intérieur nous pouvons faire l’expérience et « capter » une énergie non cérébrale, une sorte de résonance débordante dans nos différents corps physique, sentimental et mental. Cette résonnance peut aller jusqu’à l’extase, mais elle ne durera que quelques courts instants. Oui, ces moments de ravissement devrons devenir peu à peu courants et non seulement dans la méditation. La méditation et la prière nous ont appris uniquement que cet état existe en faisant le silence momentanément, en nous et autour de nous.

Dans un de mes écrits antérieurs, nous vous avons parlé de « l’art de sauter la ligne du temps » où il nous est tout à fait possible, de modifier notre potentiel de vie.

Peut être, attardons nous un instant sur ce que veut dire l’art de « sauter la ligne du temps ».

Dans la Bible, dans le livre de la Genèse, il est écrit que l’homme a été crée à l’image de Dieu. Le nom Dieu c’est vulgarisé au point qu’à ce jour il ne veut plus rien dire, moi je préfère nommer Dieu par « Origine ». Origine est le tout début, le Créateur de toute chose, l’Origine est avant la poule et avant l’œuf, l'Origine est la semence, la graine de toutes choses créées et incréées.

Dans l’abstrait, une graine n’est rien d’autre qu’un être vivant qui ne cesse de faire appel aux forces et aux matériaux du cosmos pour pouvoir accomplir sa tâche. Et sa tâche, c’est de ressembler à celui qui l’a produite.

L’Origine a mis dans cette graine la vocation de ressembler à son engendreur, le père. Prenons l’exemple d’un chêne, une fois la graine plantée, à moins qu’elle soit défectueuse, tout son travail ira dans le sens de sa vocation, devenir lui-même un chêne, pour à son tour remettre dans son fruit le schéma de vie qu’il porte en lui.

Il est exactement de même pour l’homme, puisque l’homme a été crée à l’image de l’Origine (Dieu), nous portons en nous le schéma de vie du Divin, et nous avons la possibilité si nous le voulons, de nous développer correctement pour devenir comme notre Père céleste.

Quand nous disséquons une graine de chêne pour l’observer au microscope, nous ne découvrirons pas l’image de l’arbre, pourtant quand nous l’aurons mise en terre, cette petite graine insignifiante va donner peu à peu une plante magnifique et puissante, avec des racines, avec un tronc, des feuilles, des fleurs et des fruits. Dans la graine nous ne trouvons jamais l’image des racines, ni de tronc, feuilles et autres, non, nous trouvons seulement l’empreinte éthérique (ou l’empreinte énergétique) de ces éléments.

La croissance est donc un travail qui s’opère d’après un certain schéma, afin que les lignes de force déterminées, puisse permettre à la future plante d’acquérir les mêmes caractéristiques que celle qui la produite.

Sachant et ayant expérimenté dans notre fort intérieur, l’énergie ou la résonance de notre graine divine, nous devons lui permettre de faire son travail, afin que ce soit non seulement une extase temporelle, mais un état permanent. Ayant pris conscience de cette réalité et celle de notre destinée, connaissant l’empreinte originelle que nous portons, l’être humain va pousser, grandir et devenir ce que j'avais appelé « l’Humain à devenir ». C'est le quatrième luminaire du chandelier, celui qui fait le pont et se trouve entre le Monde Crée et le Monde Créateur. (voir le livre « Le Pont de la Dualité à l’Unité »).

L’art de sauter la ligne du temps consiste à devenir non seulement conscient du germe de vie que nous portons, mais surtout de lui permettre de prendre forme pour devenir réalité sans pour autant s’apitoyer sur ce que nous sommes et allons devenir.

A l’image de nos mamans, une grossesse peut être plus ou moins éprouvante, une naissance plus ou moins douloureuse, mais finalement ce qui comptera c’est de donner le maximum de chance à l’enfant pour qu’il puisse venir au monde bien vivant et en bonne santé. Une maman qui attend un enfant ne sait pas comment se forme cet enfant, elle n’a conscience de rien, pourtant l’enfant se forme d’après un schéma invisible contenu dans le germe, la graine qu’elle a reçu. Elle-même ne sait rien, mais dans son subconscient il y a des forces qui savent très bien comment s’y prendre. De la même façon, nous pouvons envisager et encourager la croissance de cette graine divine.

En sautant la ligne du temps, nous engendrons une « grossesse spirituelle » à l’image d’une grossesse humaine. Son germe initial développera plusieurs corps en commençant par les plus subtils, le corps atmique pour terminer par le plus matériel, le corps physique, c’est à dire le spirituel, le corps mental (intellectuel), le corps affective (astral) et finalement physique (corporel).

Ne craignons pas les douleurs physiques, ni psychiques encore moins l'ombre des projets avec ses effluves néfastes au quatre coins du globe, soyons confiant dans le Germe que nous portons, la Vie qui naîtra sera à l’image de son Père l’Origine, le Créateur.

Louis de Batère