Devenir LIBRE pour changer le monde

 

corps ame espritDevenir LIBRE pour changer le monde !

L’impact de l’ego peut être dévastateur, il va inciter à vivre au-dessus de ses moyens, de mépriser la Nature, d’inciter aux mensonges pour paraître meilleur que ce qu’on est, meilleur que l’Autre !

L’ego est dévoreur d’énergie car lorsqu’on s’y soumet, on est très sensible au jugement d’autrui… Beaucoup de faits divers dramatiques, allant de l’accident de voiture au meurtre, lui sont imputable. Aller toujours plus vite que son copain, réagir violemment à un acte qu’on pouvait laisser passer, tous ces faits sont dommageables à tous les niveaux de nos différents corps, par les actes physiques, par les blessures sentimentales et par une sorte de saturation de la nature de nos pensées. Nos egos blessés portent des corps de souffrances qui sont la somme des déconvenues, trahisons ressenties, railleries subies, ambitions déçues, pourtant nous avons le privilège d’être dotés d’une conscience. Celle-ci devrait nous éclairer le chemin pour être heureux, car chacun de nous connaît au fonds de lui-même qu’il peut être heureux !

Pour échapper à ces souffrances à ces tapages, nous devons nous efforcer de ne plus vivre à la surface des choses exposées aux agitations et aux troubles qui s’y produisent, nous devons introduire le silence essayer de créer un équilibre dans notre corps physique, dans notre cœur et dans notre intellect. Créer ce silence est une harmonie de nos différents corps, c’est le fruit d’un travail au sein duquel émergeront des solutions aux problèmes que nous connaissons actuellement, soit la liberté de se libérer du connu. Pour aboutir et mettre ce « silence » en exergue, le monde de demain ne pourra se passer d’une nouvelle éducation, sinon le travail que nous voulons entreprendre n’aboutira jamais à des solutions durables.

La nouvelle société, devra dépasser ses blessures, il faudra préférer la coopération à la compétition là, où chaque Individu a sa compétence et un rythme personnel qu’il ne faudra pas mettre en compétition. Il va falloir à apprendre l’humilité et refouler la vanité, devenir l’être et mettre en sourdine l’avoir.

Dans la monde que nous voulons abandonner, il faudra oublier nos schémas réactifs que nous humains avons acquis depuis notre enfance en les empruntant de nos parents, ou de nos éducateurs. Ces acquisitions d’expériences plus ou moins bien vécues, on dans le temps forgées nos pensées et les désirs. Elles proviennent d’une société qui empêche la conscience de se faire entendre. La conscience est remplacée par un mental collectif de société, qui fonctionne essentiellement sous une domination de dirigeants qui pensent à la place des individus. Rester dans ce mental collectif de société est le choix de rester dans le bocal, tel un malheureux petit poisson rouge qu’on alimente artificiellement en lui permettant de tourner en ronds.

Où en sommes-nous ? Un processus de destruction de plus en plus visible, de plus en plus pénible est au cœur de nos objectifs. Pourtant il serait encore temps de faire autrement, par exemple ont pourrait choisir la simplicité plutôt que de s’ébahir sur des technologies polluantes voire mortelles ou éviter des solutions coûteuses. En préférant la lenteur au lieu de s’extasier devant la vitesse, en choisissant de s’attarder sur les causes plutôt que sur les conséquences, comme :

  • réduire les déchets (par ex. emballages) au lieu de développer de plus en plus de grands parcs de trie et d’installer des incinérateurs toujours plus puissants,
  • de cesser de polluer les eaux au profit de stations d’épurations derniers cris,
  • résoudre les causes de la délinquance au lieu de multiplier lois et gardiens de prison,
  • pratiquer une hygiène de vie au lieu de rechercher de nouvelles molécules médicamenteuses,
  • réapprendre à éduquer nos enfants et ne pas vouloir aux enseignants ou aux gouvernants,
  • réapprendre le sens de la vie dans nos relations, le civisme, la citoyenneté, le respect de sois même et des autres,
  • il faudra reprendre son pouvoir d’être humain libre, engagé et responsable mais surtout éviter de critiquer et accabler les élus ou dirigeants qui s’engagent malgré les résultats qui les teintent d’impuissants.

Intervenir à la source est « moindre » que traiter par après ou il faudra des solutions « puissantes » et plus coûteuse.

Etre libre requiert de prendre conscience de sa responsabilité, donc de son Pouvoir, devenir libre est premièrement se libérer du connu, mettre en silence son égo, mettre en sourdine son intellect, savoir écouter l’autre, devenir vigilent, réfléchir et penser par le « cœur » et c’est ainsi, que nous auront les prémices pour rompre nos chaines.

Nous pouvons nous libérer des démagogues, des meneurs de lobbies, de l’obsession consommatrice, des faux besoins, de son inquiétude, de ses mauvaises habitudes, de ses émotions négatives, de ses maux, de ses rancunes et remords.

Devenir « l’Etre » l’auteur de sa vie

Louis de Batère

 

Texte inspiré par le livre de Jean Marc Governatori « Libérez-vous, c’est possible » In Libro Veritas, 2012, ISBN : 978-2-35209-546-0 Dépôt légal : Mai 2012