L'humanité et son miroir

image-clipart-animaux-singe-orang-outangL’humanité et son miroir

L’humanité n’aime pas se regarder alors elle brise son miroir pour ne plus devoir se regarder !!

Le plus fidèle reflet de ce que nous sommes, nous offre le peuple des Singes. Jadis ils étaient confortablement installés dans la forêt et les espaces luxuriants, aujourd’hui ils sont trop souvent confinés aux parcs zoologiques, aux cirques et aux innombrables cages des laboratoires pharmaceutiques. Là dans ces lieux, quelques scientifiques aveugles pratiquent leurs sciences au détriment de la souffrance.

Hommes, nous nous disons « instruits », alors cessons nos recherches en pratiquant la torture sur les animaux, nous infligeons dans nos laboratoires la peur, l’inquiétude et la souffrance. Tous les animaux de laboratoire sont comme nous, connectés au grand tout - le peuple des Singes n’est d’autre que le miroir de nous même. Pensons-nous réellement trouver par ce moyen la solution pour guérir l’humanité ?

Détrompons-nous en faisant souffrir des êtres pour trouver des solutions, nous engendrons à long terme, d’autres souffrances encore plus grandes. La torture engendre la torture, la souffrance engendre la souffrance, la peur engendre la peur, l’amour engendre l’amour, la paix engendre la paix, la joie engendre la joie et ainsi de suite. Ceci est la loi du miroir.

Nous sommes connectés à un Grand Tout qu’il soit minéral, végétal ou animal, l’humain n’est pas hors du Grand Tout bien au contraire, il est totalement intégré. La différence réside qu’il est une entité beaucoup plus évoluée pour comprendre et réaliser la divinité qui habite en lui.

Les êtres moins progressés que l’humain, ne peuvent pas encore concevoir cet Humain à Devenir qui à ce jour est entrain de se réaliser (voir le livre « Le pont de la dualité à l’unité »).

En faisant souffrir des êtres du Grand Tout pour trouver des solutions, nous engendrons par là d’autres souffrances, d’autres problèmes encore beaucoup plus grands. Ce que infligeons au Grand Tout nous revient impérativement, le bon comme le mauvais et ce que nous recevons n’est pas une punition ou une récompense, c’est tout simplement une Loi.

Autrefois j’avais visités des animaux (rats, chiens, singes etc.) en détention dans les lieux où les laboratoires puisent, puis j’ai regardé dans leurs yeux et j’ai vu ma propre souffrance. Pourquoi n’aimons-nous pas parler de ces cobayes en détention, n’oublions pas, durant la deuxième guerre mondiale des scientifiques, donc des humains instruits, sont allés plus loin, ils n’ont pas hésité d’en prendre dans la gente humaine ! A ce jour nous nous disons plus adoucis et nous nous justifions « c’est pour une bonne cause », les expériences sur les animaux aident la recherche pour trouver la guérison … !

Le nouveau monde que nous aimerions construire est premièrement une prise de conscience, le réveil de la sagesse que nous transportons est totalement endormie dans nos cellules.

Nous savons intrinsèquement comment vivre nos vies pour être en harmonie avec la création du Grand Tout, cette sagesse divine est présente en chacun de nous quand nous voulons bien revenir à une connexion consciente de notre divinité. Par contre l’évolution de l’humain ne se fera pas sans l’acceptation totale de sa partie animale.

Le règne de l’égo tire à sa fin, nous les humains sont ni supérieurs ni séparés du monde animal, ce que nous leurs faisons, c‘est à nous que nous le faisons. C’est encore une loi incontournable, le temps est venu et nul n’échappera, nous devons nous conscientiser pleinement des conséquences qui découlent de nos choix et de nos actes. Ce choix n’entraine aucun jugement, aucune condamnation, seulement il débouchera sur des différences dans le type devie que nous vivrons avec le monde qui nous entoure.

Louis de Batere