La Terre Creuse et la Fission Nucléaire

terre creuseL’article que nous vous proposons aujourd’hui est un texte de réalisme fantastique par les faits qui y sont relatés, il est tabou en Haut-Lieu. Il peut être dangereux de l’évoquer, il risque de susciter émoi et incrédulité chez le lecteur non préparé. Cependant les deux articles précédant, traitant la fission nucléaire, nous contraignent de vous expliquer pourquoi à notre vue la fission nucléaire est une atteinte à l’univers. Peut-être que dans la peau d’un scribe suis-je à vos yeux un paranoïaque ou un illuminé, certes j’endosse depuis bien longtemps ses attributs, mais « se libérer du connu » a un prix et demande de sortir des sentiers battus. Prenez le temps de le lire car ce message est lancé à l'humanité d’aujourd’hui, comme on jette une bouteille à la mer.

Depuis de longues dates au travers de mes recherches sur « l’inconnu » j’’étais attiré par un article en allemand traduit de l’anglais « A Flight to the Nord Pole – The Missing Diary of Admiral Richard Evelyn Byrd, - Abelard Productions Inc. USA ». Entre autre, le Dr. canadien Raymond Bernard, auteur de l’ouvrage intitulé « La Terre Creuse », publie également chez Albin Michel en 1971, un livre relatant les expéditions de l’Amiral Byrd, cet écrit est bizarrement très difficile à trouver chez les bouquinistes.

En grande ligne que souligne ce livre :

  • Février 1947: " J'aimerais voir cette terre au-delà du Pôle (Nord). Cette terre qui est le centre du grand Inconnu ". (Vice-amiral Byrd avant son vol de 2700 km au delà du Pôle Nord (visité en 1926 - voir internet « http://idylle.chez.com/docs/Byrd.html ») et il y eut aussi l'expédition de 1929 au Pôle Sud) .
  • Novembre 1955: " C'est la plus importante expédition de l'histoire du monde." (Vice-amiral Byrd avant son départ pour explorer la terre au-delà du Pôle Sud).
  • Janvier 1956: " Le 13 Janvier, des membres de l'expédition des Etats-Unis ont accompli un vol de 4300 km à partir de la base de McMurdo Sound, située à 640 km à l'ouest du pole Sud, et ont pénétré dans une terre sur une distance de 3700 km au-delà du pôle". (Message radio en provenance de l'expédition antarctique de Byrd, confirmé par la presse américaine du 5 février 1956).
  • Mars 1956 :"La présente expédition a ouvert un nouveau et vaste territoire ". Vice-amiral Byrd le 13 Mars 1956 à son retour du Pôle Sud."
  • Notons avec soin le terme "Au-delà " et non "au-dessus" utilisé par l'amiral Byrd. Si Byrd avait volé au-dessus des pôles Nord et Sud, en direction des immensités glacées qui s'étendent d'après la géographie classique de l'autre côté du pôle, il serait incompréhensible que cet amiral ait qualifié ce territoire en 1947, de "Grand Inconnu". Par ailleurs, il n’avait , aucune raison d'utiliser l'expression étrange prononcée, parait-il, avant sa mort: " ce continent enchanté dans le ciel, terre de l'éternel mystère!"
  • Voyons ce que nous dit encore R. Bernard dans son extraordinaire ouvrage :
 "Si nous regardons une carte du Pôle Nord, et si nous mesurons les distances au pôle géographique, à quelques pays des alentours, Sibérie, Spitzberg, Alaska, Canada, Finlande, Norvège Groenland, Islande ...ces distances sont toutes inférieures à 2700 Km. Et pourtant Byrd n'a survolé aucune terre connue en 1947. Il dit avoir dépassé le pôle, au delà de 2700 Km, puis fut obligé de rebrousser chemin, car la réserve d'essence de son avion diminuait. Et comme l'appareil progressait au-delà du pôle, apparurent des régions libres de glace, avec des lacs et des montagnes couvertes d'arbres, et même un animal monstrueux qui ressemblait à un mammouth préhistorique. Tout cela fut rapporté par les occupants de l'avion, et après la brève annonce basée sur le rapport radio de Byrd et publiée dans la presse américaine, toute publicité ultérieure a été supprimée par le gouvernement pour qui Byrd travaillait, et qui avait des raisons politiques et militaires évidentes à cacher cette découverte."
  • Byrd est mort en 1957 et son journal de bord concernant cette expédition aurait été confisqué par le Pentagone pendant de nombreuses années, mais est redevenu accessible, parait-il, ces jours-ci.

R. Bernard poursuit son explication : "... Byrd entra tout simplement dans les déclivités polaires, qui pénètrent à l'intérieur creux de la Terre, là, où règne un climat tropical et où se développe une vie végétale animale et humaine. Ces déclivités polaires nous sont inconnues actuellement et  les gouvernements nous le cachent, car ils savent que c'est de là, que sortent certains ovnis, prouvant que la civilisation atteinte par les gens de l'intérieur dépasse de loin nos capacités technologiques, et que l'on n'a aucun intérêt à les affronter ".

Notre planète est creuse, l’entrée se trouve aux pôles ! Voilà la découverte de l'amiral Richard Evelyn BYRD, grand chancelier de l'Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, secrétaire perpétuel de l'Académie Fédérale de la Marine et des Sciences. D’autres personnalités comme le Dr. Frank E. STRANGES pasteur d’église évangélique, et ufologue de grande renommée, était autrefois dans les années 50 et 60 actif dans l’administration des services secrets américains, confirme cette découverte et ajoute « Sans permission de l’intérieur personne ne pourra s’y aventurer ».

Plus récemment Marcelo Martorelli un argentin et habitant Buenos-Aires,  fondateur et directeur général d'une célèbre ONG sud-américaine à vocation culturelle et pacifiste, la fondation P.E.A., s’était préparé à participer en juin 2007 à un fantastique voyage. Une bien étrange expédition à bord d'un brise-glace nucléaire russe capable de se frayer facilement un passage à travers la banquise. L'objectif avait été de rejoindre le trou situé au-delà du Pôle Nord qui ouvre l'accès au monde fascinant mais inconnu à l'intérieur de la Terre !

L'expédition était organisée par l'un des plus grands explorateurs de fleuves au monde, l'américain Steve Currey, l’expédition pouvait accueillir une centaine d'explorateurs professionnels ou amateurs.

Or Steve Currey peu avant d’entreprendre ce voyage décéda : le message de l’organisation de l'expédition à sa famille est lisible sur Internet et je vous le traduit de l’anglais :

« Voyage à Notre Terre Creuse

Nos coeurs et prières vont à la famille Currey pour le passage de Steve Currey. Il a mené la vie comme nous, et à nous tous il va nous manquer profondément. Vous nous manquez Steve... Par conséquent, ce site a été fermé et tous les voyages futurs ont été annulés. Pour plus d'informations sur ce site Internet contactez-nous s'il vous plaît à "Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.".

Ce voyage devait commencer le 26 juin 2007 - je suppose que cela nous sera plus jamais être permis »

Marcelo Martorelli normalement participant à cette expédition après la mort subite de Stève écrivit dans une lettre ouverte à ses Amis expéditionnaires (visible sur le site de Martorelli) :

« … Comme vous le savez tous, depuis la disparition de Steve, je suis resté en retrait, travaillant sans prendre aucune position en relation avec l'expédition qui se prépare sous la direction du Docteur Brooks Agnew qui le remplace (Voir les sites Advanced Planetary Explorations et UFO Digest). Je sais que les paroles que je m'apprête à adresser à notre groupe expéditionnaire ne sont pas celles qu'il aimerait entendre, mais il est de mon devoir d'informer ses membres de la réalité de ce qui les attend …  … … respectés amis, ma vision et ma perception actuelles me donnent parfois à penser qu'en réalité, le départ brutal de Steve Currey du plan physique ne nous a rien enseigné. La nouvelle tournure que prend actuellement l'organisation de l'expédition ne correspond malheureusement en rien à ce que veulent les Maîtres de la Terre Creuse. Je vous l'assure ! Nous devons nous montrer extrêmement prudents. Louer un bateau, un avion ou autre, correspond à vouloir pénétrer chez EUX par nos propres moyens et ce, sans LEUR invitation ou autorisation, vous semble-t-il, nobles amis, qu'une telle attitude soit susceptible de nous conduire à bon port ? … … … » .

Il est également connu qu’aucun avion de ligne ne survole le pôle. Beaucoup de lecteurs croient que des vols commerciaux franchissent continuellement le pôle et passent de l'autre côté de notre globe. Cela est faux, bien que les officiels des lignes aériennes, quand on les questionne, prétendent le contraire. Le problème est que, des manœuvres de navigation interviennent et éliminent automatiquement tout vol en ligne droite au-dessus  de ces lieux. En examinant le trajet des vols à travers les régions polaires, nous nous apercevons que ce trajet contourne toujours le pôle ou passe à côté, mais ne le survole jamais.

Finalement venons à ce qui nous importe dans cet écrit. Certes à ce jour il y a beaucoup de connaissances concernant la « Terre Creuse », elles sont disponibles sur de nombreux sites et pour ceux qui ont l’esprit « ouverts » sur le sujet, il serait intéressant qu’ils s’informent.

Ce que nous venons de lire ci-dessus est tiré d’ Internet et il n’est que partiel. Voici un  écrit postérieur aux événements de l’expédition de 1947 de l'amiral Richard Evelyn BYRD qui écrivit dans son journal personnel, un article très peu connu, et qui du moins à ma connaissance, n’est pas couramment disponible sur les médias comme Internet et pour cause.

De retour de sa mission, l’Amiral a été démis de son journal de bord, et il lui fut interdit de divulguer ce qu’il a vu et entendu pour cause de secret d’état. Etant un ancien militaire, il était toujours encore sous la coupe de la loi martiale. Toutefois il écrivit immédiatement et secrètement son deuxième journal qu’il remit à son notaire en le priant de remettre le document à sa famille après sa mort.

Il écrivit :

« Je dois écrire ce journal dans le secret et l'obscurité. Il contient mon vol arctique de 19 Février 1947. Il viendra le moment où beaucoup de personnes vont sombrer dans l'insignifiance et l'inévitable, mais la vérité doit être reconnue et divulguée ! Je ne suis pas libre de dévoiler ce qui suit maintenant, et peut-être elle n'atteindra jamais la lumière du grand public - mais je dois faire mon devoir ici et enregistrer mes expériences, afin que tous un jour puissent le lire ».

Je vous traduis le condensé de l’événement : l’amiral avec son navigateur survolaient le nord pour une mission polaire et écrivit dans son journal de bord :

« … L’induction magnétique était telle que nos boussoles commencèrent à trembler et à girer nous ne pouvions plus nous fier à nos instruments il nous restait plus que la boussole solaire et tout redevint normal. Dans le lointain, il nous apparaissait, des montagnes ! Après une durée de vol de 29 minutes après avoir vu ces montagnes, et après un premier examen, il s’avérait que nous n’étions pas induit en erreur, ce sont vraiment des montagnes. Bien que nous volions toujours en direction nord et en survolant ce petit massif montagneux, une chose que nous n’avions encore jamais vue, nous survolions une vallée, où de part et d’autre se tortillait une petite rivière. Ici, nous ne devrions pas trouver de la verdure où croissent de grandes forêts ! Non, non, et toujours nos instruments font n’importe quoi ils pendulent follement d’avant en arrière !

Je descends à 1400 pieds (425 mètre) et tire fermement l'avion à gauche, pour mieux examiner la vallée que nous survolons. Elle est verte recouverte d’une sorte de mousse. La lumière semble ici toute différente. Je ne peux plus voir le soleil. Nous engageons encore une fois un virage à gauche et découvrons un grand animal en dessous de nous. Il semble que c’est un éléphant. Non !!! Il ressemble fort à un mammouth ! C'est incroyable ! Et pourtant, il est là en dessous de nous ! Nous descendions à 1000 pieds (305 mètre) et examinons l'animal avec nos jumelles. En effet c'est certainement un mammouth ou similaire ! Nous avons informé notre découverte au camp de base par radio. Nous survolons plusieurs collines vertes la température externe était de 74 degrés Fahrenheit (23 degrés Celsius) nos instruments de navigation fonctionnèrent à nouveau normalement, ce qui me surpris assez par contre la radio ne répondait plus.

Soudainement nos instruments de bord ne répondirent plus, la radio resta silencieuse et comme pris dans un étau, nous étions entouré d’objets volants ressemblant à des soucoupes entourées d’une lumière. Ils vinrent sur notre coté et ils étaient si près de nous que nous pouivions lire leur armorie, symboles qui nous était totalement inconnus. Je m’exclamais « où sommes nous » ? Mais rien, l’appareil était comme figé. Subitement la radio commença à grésiller et une voix en anglais avec un léger accent nordique, voire allemand se fit entendre : « Amiral, bienvenu sur notre territoire. Nous allons vous poser dans sept minutes, reposez-vous amiral vous êtes entre de bonnes mains. » Je constatais que nos moteurs ont été arrêtés que l’appareil tournoyant sur lui-même était plus sous notre contrôle. Puis un second message nous informa que nous allons atterrir, l’appareil trembla légèrement et descendit verticalement comme si nous étions dans  un ascenseur invisible, puis un léger choc nous informa que nous avions touché terre. Rapidement je pris des notes dans mon journal de bord.

Quelques hommes s’approchèrent de notre appareil et nous ordonnèrent d’ouvrir la trappe d’accès de l’avion. Ces hommes sont grands, ils sont blonds, au loin nous apercevons une rayonnante ville, semblant être pulsée aux couleurs de l’arc en ciel. Je ne savais pas ce qui allait nous arriver, cependant nous ne ressentions aucune menace, aucune arme n’était visible, ils m’appelèrent par mon nom et me prièrent de les suivre. »

Voilà ce qui fut écrit dans mon journal de bord officiel, à partir de là, je décris tous les évènements suivant à partir de ma mémoire.

Mon navigateur et moi-même fûmes gentiment reçus. Alors au moyen d’une petite plateforme sans roues nous sommes conduit à grande vitesse vers la lumineuse ville qui nous semblait construite par un matériel cristallisé. Bientôt, nous étions devant un grand bâtiment, d’une architecture similaire à un dessin de Frank Lloyd Wright, du jamais vu, puis on nous à offert une boisson chaude qui ne ressemblait à rien d’aussi délicieux de ce que nous avons mangé ou bu auparavant.

Après quelques minutes, l’un des deux hôtes me priait de le suivre. Je devais quitter mon navigateur, je n’avais pas d’autre choix que d’obtempérer et le suivre. Après avoir pris un ascenseur et avoir passé un long couloir, dont les murs étaient comme une lumière rosâtre - verte,  arrivés devant une grande porte où se trouvait une inscription, que je ne pouvais lire, mon hôte me fit entrer en m’assurant de ne pas craindre ce sera juste une audience auprès du Grand Maitre me disait-il.

Le lieu où je me trouvais était d’une beauté indescriptible, durant un bon moment je devais m’habituer à quelque chose de jamais vu, à quelque chose d’aussi beau et d’aussi coloré. Une mélodieuse voix interrompait ma contemplation

« Amiral, soyez chaleureusement le bienvenu dans notre Royaume ! » Je reconnus un homme d’une belle stature avec les marquages de l'âge dans son visage, il était assis au bout d’une grande table et me pria de prendre place sur une chaise. Avec un sourire il disait : « Amiral nous vous avons laissé entrer dans ce lieu, puisque vous avez un caractère noble, et dans votre monde « en surface » vous êtes quelqu’un de bien connu ». Toujours avec le même sourire il continua : « Vous vous trouvez dans le royaume des Arianni, à l’intérieur de la planète TERRE, nous n’ allons pas plus longtemps vous retenir et nous vous rapporterons en toute sureté à l’extérieur. Mais avant, je vais vous dire pourquoi on vous a fait venir ici ».

« Notre intérêt a été alarmé quand votre race a largué leurs deux premières bombes atomiques l’une sur Hiroshima et l’autre sur Nagasaki. Suite à cela nous avons envoyé nos soucoupes en surface pour observer ce que votre race a réellement fait ! Voyez-vous jusqu’à ce jour, jamais nous sommes intervenus dans vos guerres aussi barbares qu’elles semblaient être. Mais maintenant nous intervenons car vous avez commencé à manipuler des énergies qui dégagent des forces que vous ne maitrisez pas. La fission nucléaire ainsi que sa maitrise n’est pas destiné à l’humain d’aujourd’hui ».

« Entretemps, nous avons envoyé nos délégués auprès des puissants de votre monde, et pourtant rien ne se fit en plus il ne prêtent aucune oreille. C’est pour cette raison que nous vous avons fait venir, pour leur témoigner :

  • Que notre Monde existe vraiment.
  • Que de plusieurs millénaires, notre culture comme  notre science est en avance sur Vous ……
  • Entre Vous, il existe des individus qui préfèrent détruire la planète plutôt que d’abandonner leur pouvoir.
  • Voilà ce qui arrivera si ………. ».

Ici j’abrège la traduction du document, il est à retenir que l’Amiral et son navigateur ont été reconduits avec leur appareil en surface, et 27 minutes plu-tard atterrirent sur leur camp de base. La suite nous la connaissons. L’Amiral fut conduit au Pentagone où il souffrit un sévère interrogatoire, le Président de l’époque fut avertit. Suite à cela, L’Amiral a été placé sous stricte surveillance en lui imposant de garder le silence le plus complet pour l’intérêt de l’humanité.

Conclusion : Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire ce message. Je l’ai abrégé, car il touche beaucoup de domaines inconnus et pour quelques uns de nous, ces connaissances nouvelles peuvent nous paraître de la science fiction.

Toutefois il serait à retenir que prochainement au travers du devoir citoyen, nous aurons à nous prononcer sur la continuation de l’usage de la fission nucléaire. Malgré la difficulté pour la compréhension de cet écrit, il nous semble que dernièrement, les événements liés au nucléaire, nous ont assez informés pour comprendre l’impact du non respect de l’appel qui nous a été formulé. Ce non respect touche directement notre humanité, et celle des autres, soit l’univers tout entier, cela engage chacun de nous, qu’il soit croyant ou non.

Ce message est lancé à l'humanité d’aujourd’hui, comme on jette une bouteille à la mer.