Message de l'Archange Raphaël du 10 décembre 2017

 

 

IMG 4321

 

 

RAPHAËL

Décembre 2017

 

Je suis Raphaël Archange, Archange nommé « de la Guérison ».

Bien-aimées Étoiles d’Amour, accordons-nous un instant et un temps de Silence, de Joie et d’Endophanie.

 

… Silence…

 

En ces temps de délivrance de la Terre, je viens à vous et en vous afin de vous apporter le souffle de ma Présence et de ma radiance, celle qui guérit, celle qui apaise. Aujourd’hui, en ces temps, je viens vous énoncer et vous annoncer que la seule guérison possible est celle procurée par la Joie.  En quelque chagrin, en quelque résistance ou en quelque réticence que vous vous situiez en ce moment, je vous invite à me nommer et à me retrouver en votre cœur, afin que le baume de la Joie vienne mettre fin à toute souffrance comme à tout sentiment de perte ou de deuil de ce qui ne fait que passer, car en ces jours, seule la Joie permet de guérir quelque anomalie que ce soit au sein de votre personne, en ses habitudes, en ses réticences ou en ses positionnements. Seule la Joie, dorénavant, est à même d’effacer ce qui s’efface de façon naturelle, mais parfois avec quelques réticences, avec quelques résistances.

 

En chaque parcelle de votre corps comme en chaque parcelle de votre vie éphémère, le baume de la Joie est accessible, vous donnant à vivre et à éprouver, en vous-mêmes et par vous-mêmes, la vertu agissante et résolutoire de la Joie, en quelque situation, en quelque état que vous vous situiez aujourd’hui. Appeler ma radiance et ma Présence depuis votre cœur vous donne non seulement à éprouver la Joie, mais surtout de la voir en action et en œuvre sur quelque souffrance qu’il reste, en votre corps, en votre chair, comme en votre conscience.

 

La Joie devient, en ces jours, le seul agent vous guérissant de l’Illusion et de ses ultimes résistances. Vous n’avez rien d’autre à faire que de voir et de constater l’action de cette Joie sur votre corps comme sur votre vie, vous amenant à découvrir la Joie inconditionnée.

 

La puissance de votre cœur d’Éternité est aujourd’hui présente de partout. Même si vous ne le voyez pas, même si vous ne le sentez pas, beaucoup parmi vous vivent pourtant cela. N’en concevez nulle hâte, ni désir, mais simplement appelez-moi en votre cœur. Alors je viendrai vous assister en la libération des contingences de la matière, quelle que soit cette matière au sein de ce monde, venant permettre au Feu Igné, par le carburant de la Joie, de consumer avec plus d’évidence ce qui disparaît, afin de laisser apparaître la totalité de votre éternité dès l’instant où Marie vous aura appelés, et d’ores et déjà pour certains d’entre vous. Car la Joie vous permet de voir et de percevoir votre corps d’Éternité en ses mouvements et en sa présence, en ses manifestations au sein même de votre éphémère, dans votre chair comme en votre conscience.

 

Afin que la Lumière, et la Vérité, ne soit pas seulement présente en vous, mais se révèle être la seule possibilité et la seule évidence.

 

Là où il y a souffrance, laissez la Joie venir l’ôter. Là où il y a résistances, laissez la Joie aplanir ces résistances. Là où il y a doutes, laissez la Joie les consumer dans l’allégresse. Là où il y a souffrance de la chair, laissez la Joie de votre cœur agir par elle-même et d’elle-même. La Joie, liée à la guérison, à ma Présence et à ma radiance, qui n’est rien d’autre celle de votre cœur retrouvant sa complétude et sa plénitude.

 

La Joie n’est pas seulement la conséquence de votre éternité retrouvée, mais la Joie en est aussi l’agent agissant au sein même de l’éphémère, en quelque aspect que ce soit, venant assister la consumation par le Feu Igné, le rendant plus intense et pourtant si doux, afin que chaque regard porté en ce monde, en quelque circonstance que ce soit, en quelque situation que ce soit, de vous donner à voir et de vous prouver la réelle action transcendante de cette Joie inconditionnée. Vous n’avez rien à diriger, ni même, à ce niveau, à demander. Laissez simplement, quelles que soient les circonstances, émerger la Joie de votre cœur.

 

En m’appelant, en résonnant mon nom, ma radiance se fera jour. Vous n’avez rien à demander, ni aucune action précise, mais juste à voir cette Joie à l’œuvre et en action, indépendamment de tout désir et de toute condition.

                                              

Quelle que soit la souffrance, de ce corps ou de votre vie, laissez la Joie vous libérer, agissant de concert avec le Feu Igné, ajoutant la légèreté à la consumation par le Feu d’Amour. Ainsi, il vous est donné de constater par vous-mêmes l’action résolutrice de la Joie sur quelque élément présent et gênant au sein de votre vie comme de la Vie.

 

La Joie que nous évoquons et que nous manifestons n’est pas seulement un sentiment ou une satisfaction de quelque nature que ce soit, mais est bien plus la Grâce de l’Amour en action, venant réaliser l’alchimie finale des dernières illusions, des derniers attachements, des dernières habitudes, et des derniers conditionnements liés à votre forme et à son fonctionnement au sein de l’éphémère.

 

La Joie de votre cœur met la Joie aussi en chacune de vos cellules, comme en votre tête, amenant alors votre réflexion à un point de non-retour, là où il n’est présent que l’évidence de la Vie, là où il n’est présent que l’évidence de l’Amour, et que tout ce qui était opposé à cet Amour se voit consumé et brûlé en un feu de joie à nul autre pareil. C’est ainsi que pour nombre d’entre vous se réalise l’ultime union mystique visant à la disparition de ce qui est éphémère, en totalité, concernant votre véhicule de chair comme votre conscience ordinaire.

 

La Joie, témoin de l’Amour, conduit l’Amour là où c’est nécessaire. C’est le moment où l’Amour, trouvé en l’intime de votre cœur, émerge au sein même de ce monde, et cette émergence n’est que pure Joie, pure félicité et pure béatitude. C’est en cela qu’est la guérison finale et définitive de toute illusion comme de toute souffrance, comme de tout ce qui ne fait que passer au cours de vos vies, afin que plus jamais le deuil et la perte ne puissent effacer quelque joie que ce soit. En la Joie, il n’y a jamais de perte. En la Joie, rien ne passe jamais vraiment car tout demeure en l’instant.

 

Je suis venu vous appeler à me faire résonner en vous afin de laisser l’Amour trouver le chemin de la manifestation, depuis votre intime jusqu’à la périphérie et la limite de votre corps comme de votre conscience éphémère.

 

Cette Joie est dorénavant surabondante. Que vous le viviez ou pas, cela ne tient plus qu’à vous de laisser toute souffrance être transcendée et effacée par la Joie. Et rappelez-vous que cette Joie ne peut être conditionnée par une quelconque circonstance ou par une quelconque condition, elle est libre, comme vous l’êtes.

 

La Joie est la guérison définitive. La Joie est l’antidote, non seulement de la tristesse mais aussi à toute illusion, vous faisant, par dérision, rire de vos attachements, de vous-mêmes, et rire de ce qui vous a séduits et enchaînés en l’illusion du manque, en l’illusion d’une quelconque fin, de vie, de relation, de travail ou d’autre chose.

 

Je suis l’Archange Raphaël, celui qui porte la Joie, par son souffle, à votre cœur et à votre entendement.

 

Car la Lumière et la Vérité sont dorénavant votre manifestation prioritaire, en ce temps qui s’achève de la Terre. Rappelez-vous que la Joie qui émane spontanément de vous n’a pas besoin de mots ni de discours, parce que cette Joie agit en vous-mêmes, tel un baume, mais aussi autour de vous, en toutes les circonstances auxquelles vous ne pouvez plus lutter, et qui pourtant vous semblent freiner ou limiter la manifestation de la Vérité. Il n’en est rien car la Joie est là. Et même au plus profond de votre tristesse, comme au plus profond de tout deuil, comme au plus profond de toute peine, laissez la Joie œuvrer car la Joie accompagne la Lumière et le Cœur en son émergence au sein de l’Illusion.

 

La Joie dont nous parlons, la Joie que nous éprouvons, ne peut pas être conditionnée à un quelconque résultat, à une quelconque récompense, mais simplement représenter l’évidence de l’Amour en action, inconditionné, au sein même de l’Illusion conditionnée.

 

La Paix, préalable à la Joie, peut être trouvée aujourd’hui de façon tout aussi évidente, que cela soit lors du sommeil, que cela soit dans les moments, brefs, où vous décidez de vous asseoir et de faire résonner l’appel de mon souffle. Alors je serai en vous, agissant et œuvrant de manière naturelle. Nous n’avons, ni vous ni moi, besoin de mots. Nous n’avons, ni vous ni moi, besoin de demandes ou d’explications, mais juste permettre à ce baume d’œuvrer, toujours, par la même posture d’accueil inconditionnel de la Lumière et de la Vérité. L’accueil, sans restriction, de ce qui peut-être vous est encore totalement inconnu et qui, dès l’instant où il sera révélé, vous apparaîtra comme effectivement la seule connaissance véritable faisant partie de qui vous êtes, ayant toujours été là même si vous l’avez ignoré, même s’il vous semble ne pas l’avoir trouvé.

 

Installez-vous en paix dès que vous en avez l’occasion. Posez-vous là, ne demandez rien. Laissez simplement la Paix d’abord, et la Joie immédiatement ensuite, être ce baume agissant et guérissant sur votre corps comme sur votre conscience éphémère, non pas pour résoudre et être mieux au sein de ce monde, mais bien plus pour découdre définitivement les restes d’illusion, vous donnant à vous installer dans la Joie et l’Amour, inconditionnés tous deux, ne dépendant plus d’aucune circonstance de votre vie, de votre personne, de votre corps, ou d’un quelconque calendrier, quel qu’il soit.

 

La Joie, alors, se fera jour en vous, si ce n’est pas déjà le cas. Une Joie qui n’a pas besoin de support, qui n’a pas besoin de raison, qui n’a pas besoin non plus d’objectifs ni de définition. La meilleure preuve en sera pour vous, même si vous n’en percevez rien au niveau vibral ou au niveau de l’énergie, comme au niveau d’une quelconque vision, vous amènera à constater le soulagement et la guérison de tout deuil, de toute perte, comme de toute résistance, comme de toute habitude. Rappelez-vous, il n’y a pas de technique particulière, simplement vous asseoir, quelle que soit la douleur, quelques instants, en paix, et à ce moment-là, de faire résonner mon souffle.

 

La Joie, de la même façon que la Lumière par ses particules adamantines, viendra souffler d’un souffle nouveau, venant mettre fin à ce qui se termine, en la souffrance de ce corps, en sa chair, comme de vos pensées ou de tout ce qui concerne votre personne. Là est la Grâce des temps ultimes, vous amenant simplement à être chaque jour plus prêts, à être chaque jour plus proches de cette évidence de l’Amour.

 

… Silence…

 

En chacun de vous, ma radiance, et ma Présence, vient se répandre depuis l’intime de votre cœur et depuis le centre de votre tête. En cet instant où vous êtes présents, la Joie devient, elle aussi, Évidence. N’oubliez pas que cette Joie-là, au-delà d’être inconditionnée et ne répondant à aucun critère de ce monde, est avant tout un baume apaisant qui met fin aux ultimes résistances, aux ultimes peurs et aux ultimes attachements.

 

Je n’ai pas besoin, aujourd’hui, de prononcer plus de mots ni de donner plus de détails, mais simplement, là aussi, il vous appartient de le vivre, sans rien demander, en vous posant en la paix de l’instant, quelles que soient la souffrance ou la peur, et de faire résonner ma radiance par mon nom, en votre cœur et votre tête, et de laisser alors ce baume de la Joie œuvrer, quelle qu’en soit la durée, quelle qu’en soit l’intensité. Il vous sera alors donné de constater, souvent de manière miraculeuse, et toujours de manière rapide, l’aspect résolutoire de cette Joie qui est vraiment ce baume agissant au sein de l’éphémère, venant de votre éternité et faisant cesser les moteurs de toute souffrance, vous affermissant alors en cette Joie. Parce qu’alors cette guérison devient totale, vous permettant de guérir de toute attraction à la matière enfermée, vous libérant de tout rêve comme de toute projection au sein de ce monde, vous donnant à voir les illusions de vos ultimes peurs se traduisant par l’attachement à quoi que ce soit ou à qui que ce soit, et vous restaurant en la Liberté, en sa redécouverte, et en son application au sein même des temps finaux de ce monde.

 

 … Silence…

 

Car en l’espace de la Joie, toute explication devient superflue et toute justification cesse. Aucune souffrance ne peut demeurer, et cela deviendra de plus en plus probant et évident, si le temps vous en est donné, en chaque jour qui s’écoule.

 

Ainsi, en le Feu Igné qui vous consume, la Joie l’accompagne, cette Joie qui vous remplit de certitude et d’évidence, et qui vous allège.

 

Rappelez-vous, il n’y a pas de discours à formuler ni de d’explications à demander, mais simplement à faire résonner le souffle de ma Présence en votre Présence.

 

Dans les moments, aussi, du fait des circonstances environnementales de la vie sociétale, il vous appartient aussi dans ces moments-là d’appliquer le baume de la Joie afin de demeurer en paix, quel que soit le vacarme du monde, vous donnant d’ailleurs à constater que plus le vacarme du monde s’intensifie et plus vous êtes en joie, non pas d’un quelconque malheur, car seul l’ego voit un malheur, mais bien de la Libération qui est en cours, vous repositionnant alors en le Cœur du Cœur, là aussi.

 

Mais n’oubliez pas qu’il n’est pas question ici de demander une guérison de ce corps mais bien de laisser la Joie guérir par elle-même toute souffrance. Il n’y a rien à demander, car la Joie accompagnant l’Amour inconditionné et le Feu Igné n’a pas besoin de vos demandes car cette Joie sait où se placer, en votre chair comme en votre Esprit, afin d’œuvrer et d’adoucir ce qui semble avoir besoin de l’être, ce qui a besoin d’être apaisé, ce qui a besoin d’être transcendé. En quelque perte ou deuil vécu au sein de la personne, je représente aujourd’hui, en chacun de vous, la guérison finale, celle qui ne permettra plus le moindre déséquilibre ou le moindre retour en arrière.

 

Alors permettez-moi, en cet instant où vous êtes présents, en m’écoutant, en me lisant, d’initier ma radiance cardiaque pour chacun de vous. Il n’y a aucune limite de nombre ou d’intensité, car nous sommes Un en vérité et en totalité, dorénavant. Alors je vous le dis, que la Paix, la Joie, et l’Amour, soient votre unique vérité en chaque aspect de la Vie, en chaque minute de votre vie.

 

… Silence…

 

Alors vous constaterez aussi que cette Joie élimine et éradique les dernières fluctuations de votre cœur, de votre humeur, de votre vie, installant alors la permanence et l’équilibre parfait de votre manifestation, quels que soient l’état de votre vie, l’état de votre corps, venant alors effectivement magnifier et sublimer tout ce qui pouvait vous demeurer de lourd, de pesant, de souffrant. Alors je suis venu vous inviter, dès ce jour, à le vérifier en vous-mêmes et par vous-mêmes.

 

Alors vous êtes invités aussi, dès l’instant où la Paix et la Joie sera apparue, même si elle ne dure pas dans un premier temps, à constater l’effet de cette Joie aussi autour de vous. Cela n’a pas besoin de mots, cela n’a pas besoin d’explications, cela n’a pas besoin non plus d’aucune justification. En la Joie, il n’y a non plus aucune violation de la liberté de chacun, il n’y a aucune altération qui puisse se faire jour.

 

Alors permettez-moi à nouveau, dans le silence de mes mots maintenant, en vous disant d’ores et déjà, à toujours en l’Éternité, de résonner ma Présence en vous et de réveiller ma radiance.

 

 

… Silence…

 

Je suis Raphaël Archange. Dès l’instant où vous m’avez entendu, dès l’instant où vous m’avez lu, je vous demande simplement de reposer en paix quelques minutes, assis ou étendus, de ne rien demander mais simplement de laisser être la Joie, le baume parfait de la guérison de l’éphémère, c’est-à-dire sa disparition.

 

… Silence…

 

Je suis Raphaël Archange. Je salue chacun de vous en la Paix, en la Joie, et en l’Amour.

 

… Silence…

 

À toujours, en chacun de vous, en l’Éternité.

 

… Silence…

***